Afrique-Union Européenne : Session de rattrapage pour les municipalités camerounaises

Ceci à la faveur d’un atelier de validation d’urgence de la feuille de route des Communes et villes Unies du Cameroun, tenu le 21 janvier 2021 afin de participer à nouveau au dialogue sur le processus de programmation étalé sur les sept ans prochains.

Vent d’espoir pour le Cameroun dans le cadre du dialogue sur le processus de programmation Union Européenne 2021-2027 avec la concertation tenue récemment au siège national de l’association des CVUC au quartier Bastos à Yaoundé. Une nouvelle chance pour le Cameroun  hors course depuis le mois de novembre 2020  à la suite d’un retard accusé dans le cadre de ce financement octroyé par le groupe des 27 aux pays de l’Afrique sub-saharienne. « Il est important de mentionner pour la gouverne de tous, que cette rencontre est organisée dans un contexte d’urgence, pour la simple raison que cette activité aurait dû se tenir à une période, qui a malheureusement coïncidé avec les joutes électorales dans notre mouvement municipal » Affirme le nouveau président National de l’instance communal, Augustin Tamba.

INTERVIEW MEMBRE DU CVUC

C’est donc une séance de rattrapage pour les  360 exécutifs communaux du Cameroun qui ont de ce fait, la possibilité de participer à la distribution  des 32 milliards  d’euros soit environ  21000 milliards de francs Camerounais, prévue dans le cadre de ce Nouvel Instrument de Financement de Développement et de Coopération Internationale(NDICI),  attendu dans les collectivités locales africaines entre 2021 et 2027.

Un appui innovant initié désormais par l’Union Européenne qui vient se substituer à l’ancienne programmation établie entre 2014 et 2020  à travers le 11ème  fond d’appui au Développement de l’UE (FED) dont les ressources financières programmables indicatives  étaient destinés aux Etats de la partie sub-saharienne du continent berceau de l’humanité. Désormais les financements ne sont plus mis à la disposition de l’Etat central mais dédiés directement aux gouvernements locaux et internationaux (autorités locales), considérés par les financiers occidentaux comme acteurs étatiques à part entière, œuvrant en tant qu’autorité publique de proximité aux côtés du gouvernement central. « Je dois dire que le combat que je mène, affirme Paul Eric Kingué vient ainsi trouver un terrain favorable avec cette nouvelle dynamique de financement de l’Union Européenne car je l’ai toujours rappelé c’est bien le maire qui est proche des réalités des populations de sa zone et c’est à lui que revient le droit d’orienter efficacement les fonds destinés au premier chef à l’épanouissement de ces dernières. »

Des indications du patron de la municipalité de Njombé Penja, dans le département du Moungo, région du Littoral qui vont en droite ligne  avec l’ambition de l’Union Européenne qui, dans  ce nouveau partenariat entend renforcer la capacité des autorités locales et leurs association à défendre collectivement et constamment les demandes politiques dans ce processus innovant. Un défi plus qu’urgent pour le Cameroun, fortement engagé à faire évoluer efficacement la décentralisation  depuis la révision de son texte fondamental  il y a déjà un quart de siècle. Pour ce faire, la bienveillance de Cités et Gouvernement Locaux Unis d’Afrique(CGLUA), apparaît de façon indéniable comme un pain béni pour les communes camerounaises qui ont 02 mois pour se remettre en course.

Brice Ngolzok

44

Total Number of Words: 579

Total Reading Time: 2 minutes 54 seconds

About the Author

Brice Ngolzok
Journaliste économique spécialiste des questions d'innovation

Be the first to comment on "Afrique-Union Européenne : Session de rattrapage pour les municipalités camerounaises"

Leave a comment

Your email address will not be published.