Cameroun-Gouvernance : Plaidoyer pour une gestion transparente des ressources minières

L’initiative prise par l’équipe du Projet Mines Environnement, Santé et Société vient ainsi relancer le débat sur le cadre réglementaire de ce secteur pourtant à fort potentiel économique.  

C’est désormais un secret de polichinelle, les mystérieuses transactions qui sont effectuées dans le secteur minier au Cameroun. Des travers désormais connus de tous et présentés de façon régulière en mondovision. Une réalité à laquelle s’est davantage penché le Projet Mines Environnement, Santé et Société(Promess) de FODER, en étroite collaboration avec le Réseau de Lutte contre la Faim (RELUFA), afin de mettre en lumière cette gangrène et de poser enfin les jalons de la formalisation des activités qui gravitent autour du secteur minier camerounais.

INTERVIEW PRÉSIDENT TRANSPARENCY

Un chantier vaste entamé lors de la première phase de cette initiative dont l’écho du plaidoyer a pris forme cette matinée du 17 février 2021, dans la salle comble de l’Organisme Non gouvernemental Transparency International au quartier Bastos à Yaoundé. L’ONG international de défense des droits humains s’est fait de façon subreptice, la voix de celles des milliers de sans voix, victimes des exactions perpétrées dans les zones minières. Au cœur donc de ces échanges qui ont vu la présence de la presse nationale et Internationale, l’enquête menée par l’équipe conduite par Claude Simo Hyepdo, le point focal de l’organisation Promess et dont les résultats permettent d’avoir une vue panoramique des réalités vécues dans certains sites miniers de la Région du Soleil Levant. « Dans le cadre de ce projet, déclare le Claude Simo Hyebdo, plusieurs problèmes ont été identifiés ; la non réhabilitation des sites miniers ; la sécurité des travailleurs et des populations riveraines ; les problèmes des communautés notamment la destruction des biens, l’accaparement des terres, les accidents dans les trous abandonnés par les compagnies exerçant ans la sémi-mécanisation etc. » Un constat clair, qui, malgré les nombreuses actions de terrain à l’instar : d’une pétition signée et enregistrée, d’un plaidoyer avec à la clé un lobbying de choix, tout ceci n’est pas parvenu à donner les résultats escomptés.

INTERVIEW FACE AUX JOURNALISTES

Un succès mitigé lors de cette première phase, mais loin de décourager ces philanthropes de l’économie minière. Raison pour laquelle, cette seconde étape vise à élargir le spectre d’actions de cette initiative dont l’objectif est bien défini et vise à améliorer de façon globale la gouvernance qu sein de tout espace minier. « L’organisation compte appuyer sur quatre principaux leviers à savoir : la non application du décret d’application de la loi minière 2016 ; Le transfert de la redevance minière aux communes ; la publication des titres et des propriétaires réels ; La réhabilitation des sites miniers. » Indique de façon succincte Henri Njoh Manga Bell, Président de Transparency International Cameroun lors de son mot de fin. Par ailleurs, l’avocat au Barreau du Cameroun invite la presse à accompagner ce projet qui est selon le juriste, un plaidoyer important pour que les lignes bougent véritablement dans la gouvernance du secteur des Mines au Cameroun.

Brice Ngolzok       

149

Total Number of Words: 579

Total Reading Time: 2 minutes 54 seconds

About the Author

Brice Ngolzok
Journaliste économique spécialiste des questions d'innovation

Be the first to comment on "Cameroun-Gouvernance : Plaidoyer pour une gestion transparente des ressources minières"

Leave a comment

Your email address will not be published.