Cameroun: Que proposent les 9 candidats pour le développement du numérique

Exif_JPEG_420

Par Rigobert Kenmogne

Journaliste-Chercheur en Droits Numériques

Quelle est l’offre la plus alléchante en ce qui concerne l’innovation technologique ?

L’élection présidentielle de 2018 se déroule à une période où l’écosystème numérique camerounais est en plein développement. Les 9 candidats à l’élection présidentielle parlent tous du numérique mais de manière très superficielle. Seuls quatre candidats sur 9 présentent un plan de développement du numérique pour les 7 années à venir. L’innovation numérique est une matrice portée par des innovateurs du secteur qui se conjugue avec une politique de financement transparente et dynamique. Ce développement est guidé par des jeunes entrepreneurs numériques qui ont pris à cœur la digitalisation de leurs services souvent sans aucun soutien ou financement. Parlant d’innovation technologique, aucun candidat ne propose un programme captivant au sens strict du terme.

Le premier candidat qui semble présenter les bases solides d’une innovation technologique est Paul Biya. Cette politique s’appuie sur le plan stratégique Cameroun horizon 2020 piloté par le gouvernement avec une contribution annuelle pouvant atteindre 300 milliards FCFA au titre d’impôts et taxes. C’est un document qui constituerait l’ensemble des aspirations du secteur numérique du Cameroun, mais qui peine à être mise en place depuis 2016.

Le Candidat Maurice Kamto propose de développer le Cameroun sur la base des acquis actuels tout en modernisation le secteur numérique. Ces chantiers technologiques comptent aller jusqu’à l’industrialisation, mais la question de la stratégie se pose.

Le candidat Serge Espoir Matomba, présente deux secteurs qui vont se développer avec l’aide du numérique à savoir l’éducation et l’agriculture. Dans ce programme aussi, les lignes manquent en matière de perspective.

Le quatrième candidat est Cabral Libii, il présente un programme politique sur le numérique assez vague et superficiel. Il propose de doter le Cameroun d’un fonds pour le développement numérique, tout en oubliant que le fonds en question existe  déjà depuis la loi de 2010 sur la communication électronique au Cameroun.

Les cinq autres candidats à savoir, Akere Muna, Garga Haman Adji, Ndifor Afanwi Franckline, josuha Osih et Adamou Ndam Ndjoya ne font aucune allusion sur les chantiers numériques dans leurs programmes.

On a l’impression de croire que certains considèrent le fait d’être présents sur Facebook ou WhatsApp comme un programme numérique.

Il transparaît également que l’ensemble des trois candidatas de l’opposition qui ont présenté un programme pour l’accélération numérique n’ont pas suffisamment puisé dans les acquis actuels afin de faire de meilleures propositions chiffrées.

Par ailleurs, aucun Candidat ne propose un programme lié aux mutations numériques ni à une nouvelle réglementation des TIC. Plusieurs pays ont fait une avancée notoire dans la législation des réseaux sociaux et médias sociaux qui est un meilleur cadrage dans le  secteur numérique.

Quels moyens de d’implémentation ?

Une politique mal ficelée pose toujours à l’entame les difficultés liées à l’implémentation et à la coordination. Pour mettre sur pied des politiques fiables autour d’un projet, il faut au préalable développer un business plan. Ce qui semble ne pas être fait pour le numérique.

Ces offres répondent-elles à la problématique de l’économie numérique ?

Les candidats qui proposent un programme sur le numérique répondent aux exigences de l’économie numérique. Le monde actuel tire une grande partie de son économie dans le numérique. Le Cameroun ne doit pas être en reste.

Le futur président du Cameroun ne peut donner un développe idéal au pays qu’à partir du numérique avec un accent mis sur l’innovation, la digitalisation et financement des projets.

 

Interview accordée au Journal Mutations, Octobre 2018

 

124

Total Number of Words: 660

Total Reading Time: 3 minutes 19 seconds

About the Author

La Rédaction
Webjournaliste

Be the first to comment on "Cameroun: Que proposent les 9 candidats pour le développement du numérique"

Leave a comment

Your email address will not be published.