Cameroun-Recrutement spécial des enseignants d’universités: Le rôle trouble de la prémature

Lors du point de presse organisé par Jacques Fame Ndongo, le Chef de département couvre la Commission Centrale chargée de la Supervision du recrutement des 2000 titulaires de Doctorat et PHD, décrété en 2018 par le numéro 1 camerounais, Paul Biya.

C’est le costume d’Etat qu’a arboré, Jacques Fame Ndongo lors de sa rencontre avec les Hommes de médias, dans le cadre du point de presse organisée à la suite des 48 heures de grève effectuée par un collectif de postulants au concours spécial de 2000 enseignants dans les Universités d’Etat, dont les patronymes sont absents de la première liste de 1000 admis publiée le 13 décembre dernier.

Un accoutrement de moins en moins visible dans ce gouvernement où la solidarité gouvernementale à laissé place à des coups bas entre les différents bénéficiaires du décret présidentiel. Un revers de la part du numéro 1 du MINESUP qui a choisi la voie de l’apaisement, en reléguant au dernier rang le rôle trouble ou alors la responsabilité de la Commission Centrale de Supervision, logée au Secrétariat du Premier Ministère. L’instance gérée par Séraphin Magloire Fouda, est sans doute celle à qui il faut s’adresser en cas de malversation intervenue tout au long de ce processus de recrutement, objet de nombreux commentaires au Cameroun.

PAUL BIYA, PRESIDENT DU CAMEROUN

Les propos énoncés par le Ministre de l’Enseignement Supérieur, lors de sa prise de parole au cours de la rencontre effectuée au siège de son Administration à Yaoundé, ont laissé transparaitre le rôle de chaque département ministériel dans ce recrutement, avec une claire lisibilité des étapes et des contours qui ont conduit à la publication de ces résultats mitigés. Une étude de dossier dont les résultats affichent clairement au bas de page la signature du principal responsable, le décisionnaire final de ce recrutement spécial dont la première phase a été livrée.

SIEGE MINESUP

Un recrutement qui mérite tout de même une plus grande transparence car il se pourrait, selon des sources bien introduites que des candidats non titulaires de PHD ou de Doctorat ont leurs noms sur la liste. Un non évènement d’après le camerounais lambda qui y voit cette corruption généralisée, ce manque de transparence dans les recrutements à la fonction publique qui à cours depuis des années au Cameroun. Des maux qui ont apparemment conduit les recalés à matérialiser ce site-in à l’esplanade de l’immeuble ministériel numéro 2 avec en prime, des tentatives de suicide de certains contestataires.

111

Total Number of Words: 463

Total Reading Time: 2 minutes 20 seconds

Posted in ACTUALITES, NATIONAL, SOCIETE and tagged , , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.