Cameroun-Travail: Septembre est-il un mois de grève ?

Une réunion de concertation s’est tenue ce 20 Septembre au Ministère du Commerce.

Cette réunion fait suite au préavis de grève lancé par des syndicats du secteur de transport au Cameroun. Au cours de cette rencontre, le ministre du commerce Luc Magloire Mbarga Atangana et les partenaires sociaux, signataire du mot d’ordre de grève et non signataires ont épilogué sur les quatre points inscrits au préavis à savoir la lutte contre le transport clandestin, la baisse du prix des carburants, l’amélioration du salaire et conditions de travail des chauffeurs dans les agences de voyages et les sociétés de transport par camions et enfin  les accidents de route. Au bout des concertations relevant du domaine du commerce, le débat sur le prix des carburants a été diversement apprécié.

L’état peut-il baisser le prix des carburants ?

À la sortie de cette concertation on retient que le prix du carburant au Cameroun ne peut pas baisser de sitôt. D’ailleurs, les responsables de la SONARA font savoir que la société est dans une situation catastrophique et doit avoir 100 milliards de francs CFA d’ici la fin d’année  2017 pour la recapitalisation sinon elle ferme ses portes. On retient aussi sur ce chapitre que l’état du Cameroun, n’a pas encore épongée ses dettes avec la société qui s’élève de nos jours à une trentaine de milliards de FCFA. La SONARA, raffine un pétrole importé alors que le nôtre est exporté pour être raffiné à l’étranger. Ce qui est curieux pour les camerounais qui attendent une baisse.

Le préavis de grève des syndicats des transports va jusqu’au 25 septembre si au moins deux des quatre points ne trouvent pas solution. On se rappelle déjà que les travailleurs de l’entreprise CFHEC  chargée de la construction de l’autoroute Douala-Yaoundé ont annoncé un arrêt de travail sur le chantier pour le 15 septembre dernier. Le mot d’ordre de grève a été suspendu pour une rencontre décisionnelle le 26 septembre 2017 après 7 heures de concertation à la délégation régionale du travail du centre, présidée par le Délégué régional aux cotés  de la confédération Camerounaise du travail(CCT)  et l’employeur (CFHEC).

Dans ces revendications qui conduisent toujours aux tensions, on constate que les autorités du Cameroun et les patrons d’entreprises du pays expatriés  ou non n’ont pas encore pris à bras le corps la notion du dialogue du social d’où des crises à répétition.

Rigobert Kenmogne

151

Total Number of Words: 443

Total Reading Time: 2 minutes 14 seconds

About the Author

La Rédaction
Webjournaliste

Be the first to comment on "Cameroun-Travail: Septembre est-il un mois de grève ?"

Leave a comment

Your email address will not be published.