Covid-19 – Secteur privé : La Banque Mondiale soutient l’Afrique et le Moyen-Orient

SIÈGE BANQUE MONDIALE

 La Société financière internationale vole aux secours des pays des deux continents, suite aux effets néfastes de la  pandémie du Coronavirus.

5,6 milliards de Dollars, soit  environ 3172 milliards de FCFA, c’est la somme déboursée par l’Institution membre du Groupe de la Banque Mondiale pour développer le secteur privé en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient.  Un financement initié pour soutenir la croissance des entreprises, ainsi que l’emploi face aux conséquences de la pandémie du Coronavirus. Dans la même optique,02 milliards de crédits commerciaux à court terme ont été mobilisé, pour soutenir les petites et les moyennes entreprises (PME).

LUTTE COVID19 AU MOYEN-ORIENT

En Afrique subsaharienne, 4.6 milliards de dollars ont été investi, entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020. Ce financement était destiné  pour les entreprises privées est orienté dans La santé, l’agro-industrie, l’énergie solaire, le logement et les infrastructures ainsi que le financement des PME, principaux secteurs soutenus par le projet. Cette initiative concerne également les pays en situation de fragilité et de conflit, dans lesquels IFC a engagé plus de 1,2 milliards de Dollars.

En plus de ces investissements, l’aide de  l’International Finance Corporation (IFC)  au Moyen-Orient et en Afrique a pris la forme de services-conseil, dont le montant s’est  chiffré à  plus de 590 millions de dollars. Cette dotation est repartie sur quelques investissements, en mettant en avant et en créant de nouveaux marchés dans des secteurs prioritaires. Sur l’ensemble de ces projets, 45% se sont évertués à améliorer  l’égalité  entre les femmes et les hommes.

Par ailleurs, les activités d’investissement et de conseil aux entreprises d’IFC en Afrique ont notamment permis d’étendre l’accès des petites entreprises aux financements. Ceci a permis de  relier les petits agriculteurs aux marchés,  résoudre les perturbations des chaines d’approvisionnement causées par la pandémie et d’accroître l’accès à  l’électricité et a  des sources d’énergie renouvelables.

LUTTE EN AFRIQUE CONTRE LA COVID-19

Plusieurs entreprises en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient  ont déjà reçu l’aide de l’IFC, dans  le but d’atténuer l’impact de la covid-19 et ses répercussions  économiques. Elle a investi plus de 517 millions  de dollars en valeur absolue dans les entreprises africaines et du Moyen-Orient, 66% de ce montant étant dirigés vers des pays éligibles aux fonds d’aide de l’Association internationale de développement (IDA). Ce fonds du groupe de la Banque Mondiale est chargé d’appuyer le développement des pays les plus pauvres.

« Nous saluons la ténacité et la résilience des petites, moyennes et grandes entreprises qui sont les piliers des économies d’Afrique et du Moyen-Orient, et nous continuerons à les soutenir lors de la prochaine phase de la crise et jusqu’à la reprise » a laissé entendre le vice-président de l’IFC, Sergio Pimenta.

En guise de rappel, l’IFC a  déjà mobilisé depuis le mois de mars 2020, environ 886 millions de dollars, au titre de son Programme Mondial de Financement du Commerce (GTFP), afin de soutenir les PME du Moyen-Orient et d’Afrique qui se déploient dans les chaines d’approvisionnement mondiales.

Brice Ngolzok

31

Total Number of Words: 557

Total Reading Time: 2 minutes 48 seconds

About the Author

Brice Ngolzok
Journaliste économique spécialiste des questions d'innovation

Be the first to comment on "Covid-19 – Secteur privé : La Banque Mondiale soutient l’Afrique et le Moyen-Orient"

Leave a comment

Your email address will not be published.