Intégration régionale : Un idéal au centre de la politique du Cameroun

Le pays ne ménage pas ses efforts pour davantage asseoir cette dynamique au sein de la sous-région mais aussi à travers le continent.

« Portée haut l’étendard de l’intégration régionale, constitue pour le Cameroun un axe privilégié pour le leader de la zone CEMAC » selon Aristide Milol, PDG du groupe Invest Consulting Group. Le pays a toujours manifesté son approbation à de nombreuses initiatives d’intégration dans sa Sous-région comme dans l’ensemble du continent.

Membre de nombreuses Unions de coopération, le Cameroun est indépendant depuis 1960, date à laquelle  le pays a adhéré aux Nations Unies. Membre originaire de l’Union Africaine depuis 1963, de l’Union Douanière d’Afrique Centrale (UDEAC), membre fondateur de la CEEAC en 1983 et de la CEMAC en 1994. «  Les accords de siège pour la mise en place du Fond Monétaire Africains (FMA) ont placé le Cameroun au centre de cet important levier pour le financement de l’économie africaine. Ce qui démontre la contribution du Cameroun dans le processus d’intégration à la fois régionale mais aussi Sous régionale » Affirme l’économiste camerounais Aristide Milol. Une volonté dans la construction de nombreux partenariats qui ouvre le pays au marché des autres 10 Etats membres de la Commission des Economique des Etats de Afrique Centrale ou du continent et offre des faveurs douanières, fiscales et commerciales sur le marché camerounais.

RENCONTRE PAUL BIYA- VERA SONGWE

Le Cameroun fait  donc flèche de tout bois pour asseoir les principes fondamentaux de l’intégration dans son ensemble. En effet, avec un PIB de plus de 21500 milliards de FCFA en 2019, les échanges sur la base de règles claires, transparentes, prévisibles et mutuellement avantageuses pour chaque Etat. Une vision d’échange à travers un commerce intégrée contenue dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) révisé et dans sa vision 2035 de l’Emergence du Cameroun. Raison pour laquelle le Cameroun a su respecter ses engagements pris depuis les accords de Marrakech de 1994, dans le cadre de l’OMC.

Une dynamique d’intégration qui vise au travers de nombreux accords de coopération commerciaux, monétaires, économiques, sécuritaires à faire du pays au plus de 29%  du PIB de la sous-région CEMAC, un pays à revenu intermédiaire tranche supérieur à l’horizon 2035.

De nombreux éléments de vitalité qui se heurtent néanmoins au manque de convergence sur l’harmonisation fiscale mise en place dans la sous-région CEMAC et CEEAC, l’absence de circulation tous azimut des personnes et des biens dans la zone, faisant de la sous-région Afrique centrale la dernière Commission Economique Régionale(CER) du continent en termes d’intégration régionale avec  un PIB par habitant à moins de 4 dollars américains, soit environ 1800 FCFA dans la zone CEMAC.

Brice Ngolzok

35

Total Number of Words: 489

Total Reading Time: 2 minutes 27 seconds

About the Author

Brice Ngolzok
Journaliste économique spécialiste des questions d'innovation

Be the first to comment on "Intégration régionale : Un idéal au centre de la politique du Cameroun"

Leave a comment

Your email address will not be published.