INTERVIEW DU DIRECTEUR GENERAL DE LA CNPS

Après la signature du décret N° 2016/072 du 15 février 2016 fixant les taux de cotisations sociales et les plafonds des rémunérations applicables dans les branches des prestations familiales, d’assurance-pensions de vieillesse, d’invalidité et de décès, des accidents du travail et des maladies professionnelles ,le Directeur Général de la CNPS, Noel MEKULOU MVONDO a répondu aux questions de Blaise Testelin NANA sur la chaine nationale.
Bonjour monsieur le directeur général
Bonjour
Monsieur le Directeur Général, comment les assurés sociaux doivent-ils comprendre le décret que vous avez proposé à la signature du président de la république à travers diverses intenses notamment la Commission Nationale Consultative du travail. Y aura –t-il baisse de salaire pour une catégorie de travailleurs au Cameroun ?
Non il ne me semble pas. Je ne sais pas d’où vient l’idée d’une baisse de salaire. Il y a plutôt consolidation de leurs droits sociaux notamment par la prochaine augmentation des pensions.
Avant de parler de pensions monsieur le directeur général, peut-être faudrait-il comprendre l’application concrète du présidentiel. Y a-t-il relèvement des cotisations sociales pour une catégorie de travailleurs au Cameroun ?
Il y a un relèvement du taux de cotisation sociale pour tous les travailleurs, quel qu’il soit. Tous les travailleurs. Vous savez jusqu’à l’intervention du décret, les travailleurs cotisaient 2,8°/° sur le plafond de 300.000 fcfa aujourd’hui ils cotisent 4,2°/° au plafond de 750.000 fcfa, c’est le côté court mais la bonne nouvelle c’est le côté jardin parce que ceci permet d’augmenter très substantiellement les niveaux des pensions .Les travailleurs se sont plaints depuis longtemps des bas niveaux des pensions et notamment parce que les cotisations étaient extrêmement faibles.
Pour dire les choses de façon simple, monsieur le directeur général de la CNPS, si un travailleur arrive à constater que son salaire a baissé de quelques, ce n’est pas d’une somme perdue c’est plutôt pour le bien à venir.
C’est une épargne. Si on peut s’exprimer ainsi le salaire ne baisse pas. Au lieu de le dépenser pour diverses choses, vous le dépenser à cotiser pour vous, vous ne cotiser pas pour l’état. Pour vous permettre d’voir une meilleure pension. C’est une demande sociale.
Au moment où vous travailliez sur ce texte il y a trois ans aujourd’hui ou il y a deux ans pour la dernier cas au niveau de la commission Nationale consultative du travail, vous vous êtes assurés que les représentants des travailleurs c’est-à-dire les leaders syndicaux ce sont mis d’accord avec vous.
Oui, vous pouvez le vérifier, toutes les conférassions syndicales quasiment était d’accord sur un taux même supérieur.
On retient le taux que le président la république a finalement décidé de rendre public 4,2°/° désormais. Cette mesure est effective à partir de quel moment pour les assurés sociaux ?
La mesure est d’effet immédiat. D’abord pour les employeurs qui devront retenir dès le mois de mars à titre de salaires de février les nouveaux taux.
On n’a pas beaucoup parlé de prestations, pourtant le texte du président en parle en parle qu’est-ce qui change concrètement par rapport à ce vous avez comme obligations en vers les assurés sociaux ?
Il y en a plusieurs prestations, il y en a pas qu’un seul. Le mois dernier nous avons eu une augmentation des allocations familiales.
A partir du décret actuel qu’est –ce qui va changer ?
C’est surtout de pensions vieillesse, invalidité et décès ; c’est surtout cela qui concerne les assurés sociaux. A terme les niveaux de pensions vont être substantiellement relevé, que ce soit les pensions de vieillesse, pensions d’invalidité, les pensions de décès ou des pensions de survivant.
Ces prestations ne sont appliquées à votre niveau immédiatement, qu’est –ce qui va changer immédiatement ?
Non ! Le calcul fait que si vous n’avez cotisé vous n’aurez pas de nouvelles pensions et c’est sur la durée. Ce qui change c’est qu’à partir d’aujourd’hui avec les nouveaux taux vous aurez progressivement en fonction de l’accumulation de vos cotisations de nouvelles pensions.
Pour terminer vous avez-vous-même évoqué les allocations familiales, avez-vous reversé ces allocations familiales à la fin du mois du mois de janvier ?
Tout à fait nous étions prêts. Nous payons les allocations à partir du 5 du mois. Le 5 février nous avons payés les allocations au nouveau taux de 2800 fcfa sur l’ensemble du territoire.
Je vous remercie beaucoup.

Source: Journal Echos du Travailleur 2016

92

Total Number of Words: 806

Total Reading Time: 4 minutes 3 seconds

About the Author

La Rédaction
Webjournaliste

Be the first to comment on "INTERVIEW DU DIRECTEUR GENERAL DE LA CNPS"

Leave a comment

Your email address will not be published.