M. Jean-Luc BIKOÏ, Président National des Distributeurs des Produits de Carrière et Assimilés du Cameroun(SYNDAPROCAC).

« Nous devons définir qui doit faire quoi et qui ne doit pas le faire, qui doit être agrée par rapport au syndicat »

M. Jean-Luc BIKOÏ, Président du Syndicat National des Distributeurs des Produits de Carrière et Assimilés du Cameroun. Comment est née cette idée de mettre sur pied une plateforme de défense des acteurs de cette filière ?
(Sourire) C’est une évidence monsieur, pour quelqu’un qui fait une analyse de son activité, toute personne qui voudrait avoir un horizon futur meilleur et qui a une pensée pour son métier devrait s’asseoir et tirer des leçons des questions sur les problèmes qui interpellent sa profession. Ainsi pour répondre à cela, j’ai donc voulu respecter ma propre philosophie en laissant quelque chose à ceux qui viendront après moi dans ce secteur. Au regard de cette panoplie de questions, j’ai compris qu’il fallait mettre en place ce syndicat.


Le 07 septembre 2019, vous avez tenu une réunion préalable à l’assise du 26 septembre prochain. De quoi s’agit- il de façon concrète ?
Oui, la date du 26 septembre vient d’être arrêtée. Vous savez, nous sommes des bantous, pour cela j’ai pensé que le syndicat ne devrait pas être seulement une caisse de résonance pour les revendications. Et s’il faut faire des revendications auprès des carrières qui ont des difficultés, l’action ne serait pas opportune. Il faudrait d’abord, au regard des descentes de terrain effectuées auprès des promoteurs de carrière, il ressort que tous ceux-ci ne s’en sortent pas et l’idée de les faire asseoir permettrait qu’ils s’entendent afin d’avoir des gains conséquents à la suite de leurs investissements. C’est après cela que le syndicat pourra se déployer à leur niveau.

PHOTO DE GROUPE SYNDAPROCAC


Un plan d’actions pour cette année en cours ?
Pour cette année 2019, Au-delà de l’assise nous allons continuer à sensibiliser, éduquer, informer car les exigences ne sont pas seulement du côté des producteurs, elles sont aussi du côté des distributeurs : il faudra se réglementer le plutôt, nous devons définir qui doit faire quoi et qui ne doit pas le faire, qui doit être agrée par rapport au syndicat donc il y a une panoplie d’informations que nous devons continuer à mettre à la disposition des acteurs.


Des perspectives pour le SYNDAPROCAC ?
Le syndicat étant national, le problème est d’abord de sensibiliser au niveau de Yaoundé, par la suite nous allons mettre le cap sur les autres régions à travers des démembrements régionaux, départementaux et pourquoi pas dans les arrondissements. Mais déjà après la concertation de Franco Hôtel, c’est la ville de Douala, puis celle de Bafoussam, bref nous ferons le tour du Cameroun selon un calendrier bien établi.

334

Total Number of Words: 496

Total Reading Time: 2 minutes 30 seconds

About the Author

Brice Ngolzok
Journaliste économique spécialiste des questions d'innovation

Be the first to comment on "M. Jean-Luc BIKOÏ, Président National des Distributeurs des Produits de Carrière et Assimilés du Cameroun(SYNDAPROCAC)."

Leave a comment

Your email address will not be published.